L’EXPOSITION UAM AU CENTRE POMPIDOU (2)

Les Commissaires de l’Expo UAM ont réalisé un gros plan sur le rapport entre cinéma et architecture. Mallet-Stevens y est observé de très près.

 

Cette affiche – éditée pour un événement ponctuel – n’a pas souvent été vue.

 

 

Graphiquement, le ton est donné au départ du film.

 

L’une des constructions de décor imaginée par Mallet-Stevens.

 

La technique filmique s’installe en post-production pour générer des effets évocateurs.

 

Le monde de la vitesse est étroitement associé à la modernité telle qu’elle est vécue au cours des années 20.

 

… En clin, d’œil, un bolide de l’époque fait écho à celui montré dans L’Inhumaine.

 

Un avis autorisé, celui de Mallet-Stevens qui voit dans le cinéma une source d’inspiration inépuisable pour sa recherche constante du rapport entre lumière et surface. Dans son esprit, c’est l’éclairage – naturel ou artificiel – qui crée l’espace. Sa collaboration poussée avec le “metteur en lumière” André Salomon va donner corps à cette vision, notamment à la Villa Cavrois.

Poster un Commentaire

avatar